L’armoire de Mary Poppins

Vous connaissez le secret du sac de Mary Poppins ? Mais si, rappelez-vous quand elle s’installe chez les Banks … elle a un sac sans fond ! Un sac qui peut transporter bien plus de choses que ne le laisse supposer sa taille.

diddl_ valise_carton

Eh bien moi, j’ai son armoire !

Parce que je ne sais pas lancer le même sort qu’Hermione pour tout faire tenir dans un petit sac (honte à moi : je ne sais plus le nom du sort !!!). Sinon, y’a longtemps que je m’en serais servi pour doubler la surface de mon 38 m² …

Pour en revenir à mon armoire … J’ai commencé à faire des cartons ce week-end. " Et là, c’est le drame. " Mais combien de cartons va-t-il me falloir pour la vider ? Je savais que j’y avais rangé beaucoup de choses, mais là … J’ai rempli huit cartons, la pile atteint la poutre, je ne peux pas en faire plus (je n’ai pas la place de faire une deuxième pile dans la chambre) … mais je n’ai vidé qu’un tiers de mon armoire !

Au point que ChériBibi, voyant la pile et voyant ce qu’il restait dans l’armoire, finit par se poser des questions quant à ce que j’ai mis dans lesdits cartons ! :D

Le premier qui lui dit qu’un quart des cartons sont remplis de Kickers, je lui jette un sort !


La Fabrique des mots – Erik Orsenna

La Fabrique des mots - Erik Orsenna" Comment fabrique-t-on les mots ?

Jeanne, l’héroïne de La grammaire est une chanson douce, a sa méthode : pour expliquer, elle raconte.

Il était une fois un dictateur qui trouvait son pays trop bavard. Il était une fois un Capitan, vieux navigateur et collectionneur de dictionnaires. Il était une fois deux sœurs virulentes, l’une aimant le grec et l’autre militante du latin. Il était une dois un trafiquant d’oiseaux rares. Il était une dois un café où les couples se réconcilient, au lieu de divorcer. Il était une dois une mine d’or abandonnée …

Nous avons créé les mots.

Et si les mots, à leur tour, nous inventaient ? "

Nécrole, le dictateur, trouve son peuple trop bavard. Aussi, décide-t-il de ne les autoriser à employer que 12 mots. Tous des verbes. Les mots d’origines étrangères sont pourchassés. Mais c’est sans compter la résistance de la population.

Mademoiselle Laurencin est bien décidée à démontrer à ses élèves l’importance des mots. Et voilà la classe qui joue avec les mots, qui cherche à comprendre comment ils sont nés.

J’ai lu ce livre presque entièrement dans la soirée : ça se lit tout seul. J’ai trouvé qu’il manquait un petit quelque chose dans ce livre, je ne sais pas quoi, peut-être la petite magie que j’avais trouvé dans La révolte des accents ou La grammaire est une chanson douce et qui n’est pas présente dans celui-là.

Ce livre s'inscrit dans le challenge 'Cartable et Tableau Noir" 
de Georgechallenge-cartable-et-tableau-noir-saison-2


Vengeance en Prada – Laurence Weisberger

Vengeance en Prada - Laurence Weisberger" Cela fait dix ans qu’Andrea Sachs a démissionné du magazine Runway, dix ans qu’elle a plaqué Miranda Priestly et ce job d’assistante pour lequel "des milliers de filles se damneraient". La papesse de la mode et ses satanées exigences ont eu raison de sa détermination.

Depuis, Andy et Emily, son ex-collègue et ancienne ennemie jurée, ont joint leurs forces pour fonder un magazine de mariage haut de gamme, The Plunge, devenu la référence incontournable. Eh oui, la roue tourne ! Andy a tout juste 30 ans, elle a dus succès et elle est sur le point de se marier. Ses années de calvaire lui paraissent loin désormais, bien qu’elle fasse toujours attention de se tenir à distance de Miranda. Seulement, cette dernière sait reconnaître une opportunité quand elle en voit une et The Plunge lui fait envie. Autant dire qu’elle ne va pas manquer de se rappeler à leur bon souvenir …

Le diable est de retour, plus infernal que jamais ! "

Hormis le fait qu’on retrouve les mêmes personnages, je ne vois pas trop en quoi ce livre est la suite du roman Le Diable s’habille en Prada. Il est d’ailleurs dommage que ce livre soit présenté comme tel, car à la lecture, on attend désespérément quelque chose qui ne vient pas. Et je n’ai toujours pas vraiment trouvé où était la vengeance. Est-ce vraiment une vengeance ? N’est-ce pas plutôt la logique marketing de Miranda ?

Une fois qu’on met de côté ces aprioris,  on peut trouver une histoire de chick-lit agréable, sympathique, amusante. Bon, une fois de plus, on est du côté des personnes aisées, histoire de faire rêver. Mais on s’imagine très bien l’univers dans lequel gravitent les personnages.

Oubliez que c’est une suite, prenez ce livre, tel qu’il est, et vous passerez un bon moment de détente. Sur les 450 pages du livre, j’en ai lu 400 entre le samedi fin d’après-midi et le dimanche soir, le tout sans lire à une heure indue de la nuit. Imaginez ma frustration de devoir attendre le lendemain soir pour connaître la fin ! :D


Le pain brioché de ma MAP

Pour être tout à fait honnête, cette "recette" est un pur hasard. J’avais acheté de la farine spéciale pain brioché pour faire ma brioche : ratage total, la brioche était très tassée (mais devant le rayon quasiment vide de farine, j’avais pris ce que je pouvais).

Mais je n’allais pas la jeter pour autant. Et vu que nous avons de la pâte à tartiner (achetée pour les crêpes de Mardi-Gras) à terminer, j’ai décidé ce matin de faire du pain (ça évite de descendre trop vite les paquets de biscottes, surtout que le paquet – déjà entamé – doit pouvoir tenir jusqu’aux prochaines courses la semaine prochaine). L’occasion était trop belle de pouvoir écluser cette fameuse farine.  Et le résultat est plutôt une bonne surprise : ça nous a fait un bon pain brioché ! Mon expert gastronome approuve +++.

Pain brioché MAP

(Oui, je sais, j’aurais pu retirer les miettes de pain et les pétrins avant de prendre la photo, mais je vous rappelle que je vis avec Garfield - alias ChériBibi – et que la patience n’est pas son fort devant toute nourriture qui lui fait envie. )

garfield%20manger

Pour faire ce pain brioché (750 g) :

  • 300 ml d’eau
  • 1,5 cc de sel (ici, c’est de la fleur de sel, je n’ai que ça)
  • 1/2 CS de sucre
  • 520 g de farine spéciale pain brioché (vous avez le paquet sur la photo)
  • 1 sachet de levure boulangère sèche

Mettez les ingrédients dans l’ordre donné dans la cuve de votre machine à pain et mettez-la sur le programme "Pain français".

Bonne dégustation !


Première rencontre

Voilà, c’est fait.

Après avoir dévoré le plan des yeux (le papier en est usé), après l’avoir épié à travers les fenêtres entrouvertes, j’ai enfin vu pour de vrai de mon Home Sweet Home.

Sentiment particulier de se dire qu’en fait, je le connaissais déjà : entre le plan, l’appartement décoré et mes observations depuis l’extérieur, je crois que je l’avais déjà bien imaginé, bien visualisé. Encore une étape de franchi.

A la prochaine, on sabre le Champagne !


Le envies de la rentrée 2013 #Bilan 3

diddl réflexion

Si on reprend les envies de base, j’en suis bien loin.

Mais bon, soyons clair : pour une période de 7 semaines j’ai commencé avec un arrêt-maladie d’une semaine pour cause d’une bonne bronchite (additionnée d’une trachéite quitte à faire, pourquoi faire les choses à moitié ?) et j’ai fini , pour les deux dernières semaines de la période, avec une bonne rhino (et ses copines, bis repetita, un seul truc à la fois, c’est pas drôle ; comme dit mon médecin, je dois chercher à faire faire des économies à la Sécu).

En plus, comme je l’ai déjà dit, j’ai la sensation d’être entre deux eaux. Pas encore là-bas, mais plus vraiment ici. Ce n’est pas simple à gérer comme état d’esprit.

Je suis vraiment passée à côté de mes envies. J’espère que la prochaine période sera plus positive. Ce qui est sûre, c’est qu’elle commencera bien sur un point : ma période est prête au deux tiers – voire aux trois quarts - (entendez par là : les séquences sont faites et les fiches de travail, les exercices, ect … sont juste à imprimer ; le cahier-journal est tapé). J’espère donc limiter le travail à la maison.

Reste à m’occuper en priorité de mon M2 et de moi … avec au milieu de tout ça, un déménagement, bien sûr !


Le Club des Tricoteuses d’une vie à l’autre – Kate Jacobs

Le Club des Tricoteuses d'une vie à l'autre - Kate Jacobs" Elles sont sept. Sept femmes de 18 à 78 ans qui forment le Club des Tricoteuses. Elles se retrouvent pour tricoter … et parler d’elles. Alors que les vacances d’hiver approchent, leurs vies sont sur le point de changer.

Il y a Anita, qui renoue avec sa sœur et s’apprête à se marier malgré l’opposition de sa famille. Dakota, elle, tente de reprendre goût à la vie après un douloureux décès. Et puis il a Catherine : est-elle vraiment prête à s’engager dans une nouvelle voie ? Au fil des soirées, des liens se tissent, des amitiés se nouent.

Au fur et à mesure que les membres du club tricotent, elles dévoilent leurs joies, leurs bonheurs et leurs difficultés Pour, au final, essayer de transformer leurs vies et se rapprocher de leurs rêves. "

Je regrette une chose : ne pas avoir lu Le Club des Tricoteuses du vendredi, parce que je pense qu’il pose les choses. En effet, j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire car je me suis perdue un peu dans les personnes. Mais j’ai décidé de passer outre, car l’histoire paraissait prometteuse … et elle l’a été.

Tout tourne autour de la boutique Walker&Fille, créée par Georgia, la mère de Dakota. Dakota que tout le Club des Tricoteuses a soutenu quand cette dernière est décédée.

Mais leurs vies vont prendre de nouveaux chemins, et ce n’est pas simple pour Dakota d’accepter tous ces changements.

Une belle histoire à lire.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.