Télégramme #27 novembre 2014#

  • J’ai beau travailler un jour sur deux à côté de chez moi, je n’ai même plus le temps d’aller faire du sport, tellement je rentre tard de l’école (encore 19h ce soir). STOP
  • Il semble bien que j’arrive au bout d’un gros dossier que j’ai déjà évoqué ici. Un dossier très chronophage, mais dont le résultat vaut le coup. STOP
  • Je crois que ma décision a eu, semble-t-il, des effets collatéraux que je n’imaginais (reste à demander à mon médecin si c’est bien ça qui a provoqué une fatigue intense que je ne ressens plus depuis quelques jours, une fois la première boucle bouclée). STOP
  • Je suis montée au créneau avec certains de mes voisins : marre de subir les incivilités et les hurlements des gamins depuis que la municipalité a eu la bonne idée d’installer une aire de jeux à moins de 6 mètres de nos fenêtres et balcons. Et quand on bosse dans une école, chez soi, le bruit des gosses qui braillent, ben on ne le supporte plus. Et tout le reste. Là encore, c’est un dossier très gourmand en temps, entre les discussions entre co-propriétaires, les courriers à rédiger et autres. STOP
  • Je suis tellement démotivée pour un de mes niveaux que je ne prépare plus de cahier-journal. Je sais ce que je veux que mes élèves travaillent, je suis mes progressions, point. Quant à l’autre niveau, je suis parfois « frustrée » : j’ai plein d’idées de projets, de thèmes, mais difficile de les mettre sur place quand on y est un jour sur deux. STOP
  • Maintenant, j’ai intérêt à me bouger pour réaliser mon autre grand projet (qui porte le nom de Master 2). STOP
  • Quant au Café Littéraire, il est toujours aussi morne, et toujours pour les mêmes raisons. J’ai encore arrêté la lecture d’un livre au bout d’une cinquantaine de pages. Rien ne me tente dans ma bibliothèque personnelle, mais je m’interdis d’aller à la Bibliothèque emprunter des livres, de façon à désencombrer mon meuble. STOP
  • Très frustrée de ne rien pouvoir m’offrir depuis des lustres alors que plusieurs paires de Kickers me font de l’œil. (D’un autre côté, comme j’ai regrossi et que je fais moins de sport, je me sens moins bien dans ma peau et prends moins la peine de m’habiller, donc elles attendraient que je perde du poids dans mon placard ; mais ça pourrait être une bonne motivation … :-p) STOP
  • A plus tout le monde ! Pour des articles plus consistants j’espère. STOP

 


Manifestation hommage ?

Je suis indignée, en colère, révoltée, je ne comprends pas !

Comment peut-on oser manifester à la mémoire de quelqu’un quand, en premier lieu, les parents de la personne disparue demandent à ce que ces manifestations cessent ? Comment leur manquer autant de respect, comment ne pas leur permettre de faire leur deuil en paix, comme oser rajouter à leur incommensurable peine des exactions au nom de la mémoire de leur fils ?!

Comment peut-on dire que l’on manifeste à la mémoire de quelqu’un quand, sur la banderole de tête on écrit : « Pour que la peur change de camp » ? Chez moi, ça s’appelle juste de la provocation, et dans ce cas précis, limite de l’anarchisme, c’est un acte qui appelle à la violence : casse de vitrines, tags à tout va, voilà le résultat ! Mais en aucun cas je n’y vois le respect de la mémoire d’un militant !

Je honnis ce genre de manifestation.

 


L’affaire Matisse – Georgia Bragg

L'affaire Matisse - Georgia Bragg » Matisse adore la peinture. Chaque jour, après l’école, il se rend au musée où sa mère est responsable de la sécurité pour s’entraîner à copier les chefs-d’œuvre accrochés au mur.

Un soir, en pleins préparatifs d’une exposition consacrée à Henri Matisse, le nouveau système de sécurité du musée tombe en panne. Matisse se retrouve seul dans la salle des tableaux du maître à qui il doit son prénom, sans caméras, ni gardiens.

Il vient de terminer une reproduction parfaite du Portrait de Pierre Matisse. Il sait que c’est stupide et dangereux, mais il ne résiste pas et remplace le tableau original par sa copie, juste pour voir ce que ça fait d’être exposé dans un musée. Quand l’alarme se remet à fonctionner, Matisse n’a pas le temps de remettre à sa place l’original.

Et maintenant, comment va-t-il faire pour échanger les tableaux ? « 

Lorsque j’ai vu le titre de ce livre, j’ai craqué, je l’ai piqué à ma collègue.

Matisse est un enfant qui se sent un peu à part. Il préfère passer des heures à peindre plutôt que d’aller jouer au base-ball après l’école. C’est donc au musée où sa mère travaille, qu’il passe le plus clair de son temps. Il y passe des heures à reproduire des œuvres. Et le jour où il parvient à la perfection avec le Portrait de Pierre Matisse, les systèmes de sécurité tombant en panne à ce moment-là, il ne résiste pas à l’envie de s’exposer quelques minutes … sauf que la panne est de très courte durée et qu’il n’a pas le temps de le remettre en place !

Comment faire pour réparer cette grave bêtise ? Et voilà Matisse imaginant tous les plans possibles pour remettre l’original à sa place.

Une histoire qui nous tient en haleine, pleine de rebondissements, avec une fin certes improbable, mais après tout, pourquoi pas.

 

 


Hell school : 3. Insoumis – Ers & Dugomier

Hell school - 3. Insoumis - Ers & Dugomier

Le tome 1 est ici et le tome 2 est .

Vous vous souvenez de cette école sur une île et de nos « bâtards » ? Bâtards qui sont à la recherche de la vérité sur ces élèves mystérieusement décédés.

Et Bastien, l’orphelin qui cherche à remonter la piste de son passé.

A force de chercher, il va trouver. Et là, j’avoue avoir été déçue. Autant l’histoire est super palpitante, autant ce dernier tome, sa chute, ça m’a … refroidi.

 


Muffins à la Bibi

Comme toujours, c’est adapté de ce livre : gâteaux de mamie - Les recettes d'Amandine

Pour faire des muffins à ma manière, il vous faut :

300 g de farine

100 g de sucre de canne complet à la vanille

125 g de beurre

2 œufs

20 cl de lait

1 sachet de poudre à lever

 

Faire préchauffer votre four à 180-200°C (thermostat 6-7).

Dans un saladier, mélanger la farine, la levure et le sucre.

Faire fondre le beurre. Fouetter les œufs.

Dans le saladier, creuser un puits et ajouter le beurre fondu, les œufs battus et le lait. Bien mélanger le tout. On peut ajouter des morceaux de pomme, des raisins secs, les amandes effilées, des pépites de chocolat … Par contre, je vous déconseille la poudre d’amande (ou alors, il faut, je pense, jouer sur la quantité de farine) car c’est plutôt sec et étouffant.

Répartir la pâte dans des moules à muffins (ou des moules à tartelettes quand, comme moi, on n’a que ça).

Muffins 1

Cuisson : 20 mn.

 

Régalez-vous !

Muffins 2

 

 


Protégé : Entre deux (mdp sur demande pour les lectrices habituelles :))

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Trop à penser

Beaucoup de choses à penser en ce moment, des démarches, des interrogations.

Et puis, il y a tout le temps que je passe aussi à faire du sport.

Le soir, je vais discuter sur le forum (à partir du téléphone, en regardant la télé dans le lit).

Bref, pas trop dispo. Je vous raconterai mes péripéties quand ce sera fini (en espérant que ça se finisse bien – comprendre « comme je le souhaite » -).

Je pense à vous !

 


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.