La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

 » Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noirs qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.

Mais Skeeter, la fille des Phlean, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot.

Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la tolèreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en fgand secret écrire une histoire bouleversante.

Passionnant, drôle, émouvant, La Couleur des sentiments a conquis l’Amérique avec ses personnages inoubliables. Vendu à plus de deux millions d’exemplaires, ce premier roman, véritable phénomène culturel outre-Atlantique, est un pur bonheur de lecture. « 

Il est des livres que l’on n’aime pas finir. La Couleur des sentiments est de ceux-ci. Depuis que je l’ai terminé, je me sens seule, perdue, comme abandonnée.

Faut dire que, si l’on excepte les deux premiers chapitres, on vient de passer un peu plus de vingt-quatre heures ensemble, à Jackson, dans le Mississippi, avec Aibileen, Minny, Miss Skeeter, Leefolt, Hilly, Célia et les autres. On ne s’est pas quittées, si ce n’est l’espace de cinq heures, parce que vraiment, il fallait que je dorme un peu et qu’il était déjà quatre heures du matin.

Aibileen, c’est la servante Noire qui travalle chez Miss Leefolt.

Minny, elle, travaille chez Mrs Walter, la Mère de Miss Hilly … jusqu’à ce que cette dernière décide de flanquer sa mère en maison de retraite. Et comme elle a pas sa langue dans la poche la Minny, c’est pas évident de retrouver une place.

Et puis il y a Miss Skeeter, qui voudrait changer les choses. Ses parents ont une plantation de coton, et bien sûr, c’est la bonne Noire, Constantine, qui l’a élevée. Elle lui manque, Constantine. Pourquoi est-elle partie, sans rien lui dire ? Et puis, ces histoires sur les Noirs, ça la rend malade. Elle voudrait bien changer les choses ; et c’est ce qu’elle espère faire avec ce livre …

Publicités

8 responses to “La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :