La refondation de l’école, parlons-en !

Puisque chacun y va de son avis sur les rythmes scolaires, je ne vois pas pourquoi je me priverais de donner le mien. Surtout que ça me trotte dans la tête depuis un bout de temps. De plus, je me sens plus libre d’exprimer ma pensée ici qu’ailleurs (cet ailleurs étant un lieu bien précis) sans risquer de me faire tirer dessus à boulet rouge. Je vous préviens tout de suite, tout commentaire agressif sera supprimé sans ménagement : on a le droit de ne pas être d’accord avec moi (encore heureux !), on a le droit de donner son avis, mais de manière courtoise.

Notez au passage comment de « la refondation de l’école », tout s’est focalisé sur les rythmes. Ce n’était pourtant pas, à mon sens, la priorité. Il y a d’autres choses à modifier avant. Surtout qu’un changement de rythme sans refondation du reste, ça n’a aucun sens, et on voit déjà le résultat de cette précipitation à vouloir dire « Ben moi, j’ai changé les choses, alors que la droite n’a jamais réussi. » : des mômes qui vont se retrouver avec 3 heures de garderie pendant la pause méridienne, et qui finiront quand même à 16h30 (ce ne sera pas le cas partout, ne généralisons pas, certains tentent de mettre les choses en place intelligemment).

diddl classe

La première chose à faire, c’était de faire en sorte qu’il n’y a pas plus de 25 élèves par classe, ce qui nous permettrait premièrement de mieux nous occuper de chacun, et deuxièmement, les élèves seraient un peu moins fatigués car moins de bruit, moins d’excitation. Et puis, remettre en place les RASED pour en laisser le moins possible au bord de la route.

La deuxième chose à faire, ça aurait été de revoir les programmes et d’en revoir les exigences : quel besoin du B2i à la fin du primaire ? quel besoin du niveau A1 en langues ? J’ai l’impression qu’on veut que les élèves soient prêts à entrer dans une entreprise à la fin du primaire. Au turbin, les gosses ! On n’oublie qu’une chose : en primaire, ce sont encore des enfants, laissons-les être des enfants !

Il y a aussi les cycles, à revoir et à mettre réellement en place, pour une nouvelle mise en place des apprentissages.

Et bien sûr, le rythme de l’école et une réflexion sur les vacances. Et pourquoi pas différencier le temps de l’enfant et le temps de l’enseignant ?

Tout d’abord, les programmes

Avez-vous déjà entendu un professeur des écoles dire : « J’ai bouclé mon programme sans souci » ? C’est plus souvent l’inverse …

Tout d’abord, comme je disais plus haut : quel besoin de faire passer le B2i à des élèves de CM2 ? Ils ont le temps au collègue, en cours de techno, pour apprendre à se servir d’un ordinateur et Internet. Surtout que ce qu’on nous demande, j’ai pu voir que le prof de 6e reprend tout ! Le support informatique peut toujours être en classe, les jeux interactifs, ça aide pas mal certains élèves. Mais de là à en formaliser l’utilisation, non.

Pour les langues vivantes, c’est pareil : quel intérêt de le transformer en un apprentissage systématique … à part en dégoûter les élèves. Par contre, je pense que l’initiation est quelque chose de positif, et qu’il faut y adjoindre une bonne dose de culturel pour les intéresser au mieux. Et puis, pourquoi se focaliser sur une seule langue ? Pourquoi ne pas voir une langue par année ? L’apprentissage de la langue pourrait arrivait pourquoi pas en CM, je pense que les élèves sont plus grands et commencent à avoir la maturité pour (sans compter qu’on leur aura laisser le temps pour la maîtrise de la langue française).

Une autre matière que je revisiterais bien : la géographie. Sous prétexte de vouloir en faire le plus tôt possible des citoyens européens, on leur bourre le crâne en géo de notions qui relèveraient presque plus de la géo-politique ou la géo-économie qu’autre chose. Quand on pense qu’ils ne connaissent même pas les départements qui les entourent …

De même que pour l’histoire : n’y a-t-il pas moyen d’alléger le programme ? Alros que certains ont encore du mal avec la notion du temps …

Et la science ? Quel intérêt d’étudier le circuit électrique en CP ou CE1 ? Les dangers de l’électricité, oui, mais les circuits ? Ça reste quelque chose de très abstrait pour des élèves qui ont du mal avec l’abstration.

Et puis, il faudrait revoir la répartition des apprentissages en Français et en math. Le CE1 est normalement le prolongement du CP pour finir tranquillement l’apprentissage de la lecture. Mais c’est devenu le niveau du gavage grammatical ! On ne pourrait pas seulement leur demander d’identifier un verbe dans une phrase, et pouruqoi pas le nom et le déterminant. Et puis, juste apprendre à conjuguer au présent, ça suffirait amplement. Mais au moins, on aurait le temps d’asseoir les notions, au lieu d’uniquement les survoler ; et ça leur laisserait le temps de les digérer. Et que dire de la division fin CE1 ? La notion de partage, ça suffit. On formalise les choses plus tard.

Ensuite, les rythmes

Oui, il y a des choses à faire. Mais de vraies choses à faire, à penser, qui nécessite plus que 3 mois pour se mettre en place !

Il faut que le raccourcissement de la journée soit un vrai raccourcissement. Pas une pseudo demi-heure en moins.

J’avoue être assez séduite par le rythme allemand ou américain. J’imagine bien des journées de travail du genre 9h-12 / 13h30-15h sur 5 jours (j’hésite encore sur le mercredi après-midi qui peut permettre aux enfants de souffler de la collectivité), suivi d’une session 15h-16h30 (ou 17h pourquoi pas, c’est à voir selon l’âge des enfants) où les élèves auraient sport et activités artistiques et culturelles(arts visuels, théâtre, musique). En début de scolarité, les élèves seraient amenés à participer à toutes les activités, et ensuite, choisir une dominante (qui serait donc pratiquée 2 ou 3 fois par semaine, selon qu’on serait sur un rythme de 4,5 ou 5 jours). Ces activités ne seraient donc plus pratiquées sur les temps « d’apprentissage », ce qui permettrait de se concentrer sur le français, les maths, l’histoire-géo et les sciences. Bien entendu, rien n’interdirait à un enseignant de mener une de ces activités si l’une d’elles le passionne ; il serait alors rémunéré en sus, au même titre (et même salaire) que les autres animateurs. Pour les activités sportives, je me dis qu’on pourrait mettre à contribution les clubs associatifs.

Bien entendu, cela ne pourrait être mis en place qu’après une vraie réflexion.

Ma réflexion est de moins en moins claire : cet article traîne en longueur, cela fait plusieurs jours que je le rédige, ça se sent (et la fatigue pèse aussi beaucoup).

Enfin, les évaluations et le reste

En fait, par évaluations, j’entends quelque chose d’encore plus large que cela : la manière dont nous travaillons. Travailler par compétence et faire évoluer les évèles à travers les différents niveaux de ces compétences. Adieu les notes (au moins jusuqu’au CE2).

J’aimerais que la GS redevienne vraiment de la maternelle et ne soit plus cette anti-chambre du CP. Le CP devrait être consacré à l’apprentissage de la lecture. Exit la grammaire. LE CE1 serait la classe de la découverte de la grammaire, qui se prolongerait au CE2 (au passage, je ferais bien du CP-CE1-CE2 le cycle 2). Le CM serait un cycle à lui tout seul.

Au cycle 2, les disciplines de découverte du monde resteraient, comme leur nom l’indique, des disciplines de découverte. Exit les évaluations sur ces domaines. Au cycle 3, on pourrait commencer à les évaluer.

Les langues seraient vraiment découverte et plaisir au cycle 2 et tendraient plus à un apprentissage au CM.

Pour moi, il serait bon d’envisager quelque chose pour les enseignants de cycle 3 : le travail de correction étant vraiment plus important au CM, les enseignants de ces classes ne devraient pas effectuer 24h devant élèves, mais pourquoi 21h (pour ce faire, ce serait des profs de collège qui viendrait faire les langues – à compter dans leur quota horaires, sauf pour ceux qui veulent faire des heures sup -).

Je ne suis pas contente de moi sur la fin de cet article : j’ai mis trop longtemps à l’écrire, mon argumentation n’est pas développée. Et puis, au départ, j’avais aussi des choses à développer sur le côté rythme de travail des enseignants, qu’on pourrait distinguer de celui des élèves, et donc les vacances. Peut-être dans un autre article …

Soyons bien bien : je vois ça du bout de ma lorgnette, avec ce que j’ai lu, ce que j’ai vu, ce que j’ai entendu. La refondation en elle était une bonne idée, surtout avec ses principes de départ, mais ce qu’elle est devenue ne rime plus à rien à mes yeux, si ce n’est faire office de garderie le mercredi matin. Mes idées ne tiennent pas compte (enfin pas trop), du coup financier engendré. Et ne concerne bien entendu que le primaire, mais le rythme apprentissages le matin et début d’après-midi et sport-art-culture s’appliqueraient bien au secondaire (avec des horaires plus larges).

Et je le répète encore, cet article n’est pas abouti, mais développé entièrement, je pourrais en écrire des pages et là, c’est déjà bien long, chapeau à celle ou celui parvenu jusqu’ici.

Publicités

6 responses to “La refondation de l’école, parlons-en !

  • laetitia

    Bon, je ne suis pas du côté des enseignants, mais des mamans, et je suis plus que d’accord avec ton article !!
    Les programmes ( surtout celui de CE1 je trouve) sont beaucoup trop chargés, et pas adaptés?
    Pour l’anglais et les notions informatiques, même constat, mon fils a attaqué la 6ème cette année, et tout a été repris ( donc il s’est bien fait suer les premières semaines de cours, ce qui est dommage).
    Dans l’école de mes filles, on espère fortement que les enfants finiront plus tôt, mais cela veut dire quoi plus de frais de garderie pour les parents qui ne pourront pas venir plus tôt ? Participation financière pour les activités proposées ? Quid des locaux mis à disposition ?
    Enfin bref, pour le moment, on devrait obtenir une dérogation pour mettre en place tout ça seulement en 2014, mais mine de rien, ça fait beaucoup de choses à voir…
    Bon courage en tout cas, j’imagine que côté enseignant, ce n’est pas simple du tout.

    • thecoffeetimesabine

      Effectivement, ce n’est simple du côté de personne …
      La refondation est nécessaire, certes, mais elle nécessite un temps de réflexion long, car il faut prendre le problème dans sa globalité ; ce qui n’est pas le cas quand on ne s’intéresse qu’aux horaires …

  • ladylaeti

    Je suis d’accord avec toi… car étant enseignante en collège, je vois bien les manques d’approfondissement du primaire. Certains des élèves arrivent en 6° sans savoir écrire leur nom, sans savoir lire couramment, sans savoir compter ni multiplier… et qu’est ce qu’on en fait? on essaie pour certains de les placer en SEGPA mais parfois leur niveau est trop faible même pour cette dernière structure… alors on les traîne jusqu’à la fin de la 3°, ils perdent pieds, il se descolarise… je suis prof principale d’une classe de 4° et j’ai justement le cas dans ma classe… un élève n’a du venir qu’un mois et demi en tout depuis le début de l’année scolaire…
    Etant prof de musique, j’adorerai intervenir en primaire… juste pour être au clair avec les enfants… Je ne critique pas les PE mais parfois certains ne sont vraiment pas doués avec les arts et on récupère des petits qui croient dure comme fer que la musique c’est que des « canons »… que le piano c’est comme la guitare etc… bref… tout un travail de remise à plât alors que d’autres sont plus avancés…. je me dis que si c’était des « pros » qui faisaient ce genre d’activités, les PE seraient déjà déchargés de tout ça et nous, on pourrait faire une vraie continuité dans le travail…Bref, je suis comme toi, il y aurai bien des choses à faire et à mettre en place pour améliorer tout cela… et je pense que tout ne coûterait pas tant que cela. Mais je rajouterai aussi qu’il faut compter sur la motivation des profs en général… j’en connais plus d’un qui sont braqués et qui ne feront jamais plus que ce qu’on leur demande…(et ce qu’ils font n’est pas forcément super non plus…) Donc il faut un vrai remaniement de l’école, mais aussi une vraie motivation face au travail…
    Je suis comme toi, je pourrais en parler et tout pendant des heures…Parce que mon boulot, je l’aime, et des idées, j’en ai à la pèle!!!! mais bon, quand t’es tout seul à te remuer… ben tu limites un peu histoire de pouvoir continuer à vivre quoi… 🙂
    Allez.. courage!!! et des bisous!!

    • thecoffeetimesabine

      Je suis incapable d’enseigner la musique convenablement à des élèves. On peut chanter si j’ai un CD (je chante faux), je suis incapable de reconnaître des instruments de musique dans une oeuvre … bref, à part apprendre les familles d’instruments, je ne risque pas d’aller très loin !
      C’est le problème en tant que PE : il faut qu’on soit multi-tâches / multi-cartes. Sauf qu’on ne peut pas être doué partout.

  • celestine

    J’ai tout lu jusqu’au bout, et je ne me suis pas ennuyée du tout!
    C’est tellement vrai ce que tu dis! Ton analyse est bien menée. L’école souffre d’un manque général de considération, et peut-être que, comme le dit Ladylaeti, la première chose est de redonner aux enseignants le goût d’enseigner. Et ça, ce n’est pas l’affaire de quelques mois, mais d’une lente réhabilitation de la grandeur de l’enseignement. Il faudra des années.
    Et ce n’est pas qu’une question de moyens, comme dirait l’autre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :