les Pintades à New York – Layla Demay et Laure Watrin

les Pintades à New York - Layla Demay et Laure WatrinChroniques de la vie des New-Yorkaises

 » Le lifestyle des New-Yorkaises est aussi enivrant que déroutant. Layla Demay et Laure Watrin, deux journalistes françaises, se sont plongées avec délectation dans la psyché de celles qu’elles ont affectueusement baptisées « les pintades ». Un pied de nez à tous les noms d’oiseaux dont les hommes affublent souvent les femmes. Quoi de mieux que la pintade, ce volatile bavard, industrieux, indocile et fardé, pour évoquer la New-Yorkaise, obsédée par la réussite matérielle mais cérébrale, féministe mais féminine, libérée mais pleine de tabous, autonome mais grégaire. Une femme qui n’hésite pas à employer les grands moyens pour trouver l’homme idéal. Si vous pensez que l’Occidentale est névrosée, alors pas de doute, la New-Yorkaise en est au stade terminal.

Les auteurs, deux pintades qui s’assument, révèlent les coulisses féminines de la ville qui ne dort jamais. Elles livrent un portrait mordant et tendre des New-Yorkaises, à travers des chroniques, des anecdotes et leurs bonnes adresses. « 

Lorsque j’ai entendu parler de ces livres pour la première fois, j’étais bien tentée. Et puis, j’ai lu/entendu quelque part que ces livres étaient des guides pour « les pintades » qui voyageraient dans ces villes (une sorte de guide Michelin).

Et puis, mercredi, à la Bibliothèque, au rayon qui concerne les femmes, leur histoire, leurs combats, je tombe sur les Pintades à New York. J’en profite donc pour le feuilleter. Et là, bonne surprise : il ne s’agit pas que d’un simple carnet d’adresses, mais plutôt d’un portrait des New-Yorkaises dans leur diversité, leurs modes de vie, ect … Moi qui suis fascinée par la Big Apple et sa vie trépidante, j’ai sauté sur l’occasion et hop, dans mon sac !

Et ainsi, par procuration, j’ai un peu vécu la vie d’une New-Yorkaise ; comme quand je regarde tous les téléfilms qui se déroulent là-bas.

Je pense que parfois le portrait est un peu caricatural, le trait forcé, mais d’un autre côté, cette ville est tellement hors-normes que tout y est possible.

J’espère maintenant trouver celui sur Londres, ville qui me fascine tout autant.

(Un jour, je vous parlerai des voyages par procuration*.)

*Copyright du dieu vivant de la musique Goldman

Publicités

2 responses to “les Pintades à New York – Layla Demay et Laure Watrin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :