Comment peut-on être français ? – Chahdortt Djavann

Comment peut-on être français  - Chahdortt Djavann » Cher Monsieur de Montesquieu,

… Je suis une jeune femme persane, nommée Roxane ! Et je vis depuis un an dans votre pays. Je suis né en Azerbaïdjan et j’ai grandi à Téhéran. J’ai quitté l’Iran à l’âge de vingt-trois ans …

Trois siècles après les « Lettres Persanes », le spectacle de la vie parisienne surprend, séduit et charme encore une enfant de la Perse. Mais il y a de telles différences entre les mœurs de votre pays et celles de l’Iran que les changements me font tourner la tête. Je me demande : Est-ce bien la même terre qui nous porte ? Est-ce bien le même ciel qui nous entoure ?

Roxane arrive à Paris.

Comme bagage, elle n’a que son enthousiasme, sa naïveté, son désir et sa rage d’apprendre le français. Elle veut devenir française par la langue. Mais la langue française se révèle implacable, une compagne infidèle. « Quelle belle garce cette langue, la plus belle. Quelle belle grâce cette langue, la plus belle. »

Les bribes d’une enfance iranienne troublent son monde parisien. Les souvenirs murmurent tout bas. Elle se découvre un confident mythique : Montesquieu. Elle se raconte et raconte le monde d’aujourd’hui à l’inventeur des Lettres Persanes.

Dans une écriture où l’imaginaire se confond avec le réel, où la drôlerie et la fantaisie le disputent à la mélancolie et à l’amertume, la vie d’une jeune femme est mise en scène ; une femme qui connaît le prix à payer pour ne pas perdre pied face à la réalité.

Ce roman, souvent proche du conte, impressionne par la légèreté, l’humour et la sobriété de ton. Un roman de formation. Une histoire à suivre. « 

Paris, la ville à laquelle Roxane rêve depuis longtemps. Et là voilà qui y débarque par un matin froid d’hiver. Et nous voilà transportés par elle dans ses flâneries à travers la Ville Lumière. Et des flashbacks qui nous entraînent en Iran.

Mais après ces moments d’insouciance et de légèreté, la réalité la rattrape. Roxane veut apprendre la langue, mais le français se refuse à elle. Elle se bat, se débat, s’acharne, se décourage. Alors, elle écrit à Montesquieu, auteur des Lettres Persanes. Et Roxane se met à lui conter les aventures d’une Iranienne dans le Paris d’aujourd’hui ; les « Lettres Persanes » version contemporaine. Roxane y livre ses états d’âme, ses interrogations, ses colères, ses envies. Elle y noie sa solitude.

Mais un incident va venir faire éclater la bulle fragile que Roxane s’était construite. Un seul événement a suffi à faire revenir à la surface tout ce qu’elle fuyait depuis qu’elle a quitté l’Iran. Rattrapée par son passé, Roxane ne peut surmonter la réalité …

Ce roman est un livre sans concession : la tyrannie des mollahs et de la religion, la pauvreté, la misère, la condition des femmes iraniennes (et musulmanes plus largement), la passivité de la population face aux événements, ect …, tout y passe.

Pas si léger que ça ce livre, contrairement au résumé fait par l’éditeur. La légèreté, on l’a au début, avec les tribulations de Roxane dans son Paris rêvé. Mais elle est vite confrontée à la solitude de la grande ville. Et toute légèreté s’envole quand elle commence à écrire à Montesquieu.

J’ai juste regretté que la vie parisienne, quotidienne, de Roxane soit éclipsée dans la seconde partie du roman lorsqu’elle commence sa correspondance (à sens unique) avec Montesquieu.

La vie parisienne d’une immigrée qui n’est plus vraiment Iranienne, mais qui n’est toujours pas française. Une apatride en quelque sorte.



Ce billet participe au Challenge Paris. Challenge Paris

Publicités

2 responses to “Comment peut-on être français ? – Chahdortt Djavann

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :