Sugar Land – Damon Gameau

J’avais déjà regardé ce film sur notre ami YouTube mais en Anglais. Entre mes quelques connaissances de vocabulaire anglais et la lecture des images, j’avais quand même compris pas mal de choses. Mais j’avais l’impression d’être passée à côté des explications scientifiques. Me voici donc à jour.

Ce film documentaire va dans le sens de tous les documentaires et livres que j’ai lus sur l’alimentation plus ou moins dernièrement. Il me conforte encore davantage dans ma volonté de revisiter mon alimentation vers une nourriture plus saine (bon, je viens d’une famille de paysans pour un côté, donc je n’évincerai ni le beurre, ni la crème, ni le lait … et j’adore faire des gâteaux, et malgré tous mes essais de substitution, le beurre reste irremplaçable) et plus contrôlée, dans le sens de cuisiner au maximum à base de produits non transformés.

Mais ce reportage m’a encore plus interrogée sur le devenir nutritionnel de notre humanité, ou comment les grands groupes de l’agro-alimentaire, plus portés sur le profit que sur la santé des consommateurs et de la Planète (en un sens, on ne peut pas complètement leur en vouloir, faire du profit, c’est leur boulot, mais sur un plan éthique, c’est plus questionnable), profitent de la pauvreté intellectuelle/culturelle/informative de certaines sociétés pour leur faire croire n’importe quoi et les mettre en danger. Et comment aussi leur pression et leur invasion dans tous les pays du monde finit par uniformiser les habitudes de consommation, faisant disparaître les cultures gastronomiques typiques. Alors peut-être que l’alimentation à à bas coût que ces géants proposent permet aussi à certains de se nourrir quand avant ils peinaient à subvenir à leurs besoins nutritionnels … mais le reportage ne porte pas sur ce sujet ; l’objectif est centré sur la nutrition.

Certains pays voient débarquer les fast-foods et autres chaînes de restauration rapides seulement maintenant, comme nous il y a quelque temps. Donc, je ne veux pas non plus juger ces personnes face à leur ignorance de cette malbouffe car après tout, nous aussi on a mis du temps avant de mettre en avant les danger d’une telle alimentation. J’imagine qu’ils ont aussi besoin de faire leurs propres expériences. Et peut-être que cela correspond aussi pour eux à une forme d’accès à une certaine « richesse ». Je juge plutôt la désinformation mensongère qui leur est donnée.

Mais sans vouloir aller aussi loin, en restant « chez nous », je me demande si on ne se dirige pas vers une société fractionnée en deux mondes totalement opposés : ceux qui vont manger de plus en plus sain, sans produit transformé ; et à l’opposé, ceux qui ne connaîtront rien d’autre que la malbouffe, super sucré (et super grasse) ; les consommateurs « à la ferme » et les consommateurs du supermarché. J’espère vraiment qu’on n’en arrivera pas à ce clivage, on risquerait de ne plus se comprendre. Ceux qui n’auront pas les moyens culturels/intellectuels pour aller chercher les informations, critiquer ce qu’on leur dit et prendront toutes les promesses publicitaires pour argent comptant et ceux qui, déjà suffisamment informés et possédant les moyens intellectuels/culturels, sauront décrypter les promesses trompeuses voire mensongères (plus généralement, je m’interroge sur le fractionnement de la population en 2 : ceux qui goberont tout ce que les médias – au sens très large – diront ; et ceux qui, y contraire, sauront qu’il faut forcément interroger les pseudo-informations qu’on leur sert et que ce qui circule sur les réseaux sociaux est plus facilement un fake qu’une information véritable …).
Je n’irai pas jusqu’à dire que ça me fait peur, mais la paupérisation intellectuelle et culturelle m’inquiète quand même beaucoup (on a vu dernièrement où ça peut mener).

Mais voilà que j’ai largement dérivé du sujet initial.

Les bonus sont également plein de bons conseils. C’est un documentaire intéressant, tourné d’une manière sympa et qui le rend attractif et plein d’humour, mais qui explique très bien et rend compte de façon concrète de ce qu’on ingurgite parfois !
Et comme vous le constatez, ce film m’a interrogée sur de nombreux domaines, bien plus larges que celui que l’on pense initialement traité.

Publicités

One response to “Sugar Land – Damon Gameau

  • celestine

    J’ai vu le film, e comme toi je me suis longuement interrogée sur cette pression des lobbies du sucre : un vrai génocide, en Australie, et dans de nombreux pays ou Coca, Nutella et Mc Do empoisonnent la planète…
    Bref, changer les habitudes alimentaires de milliards de gens me semble un pari impossible…A défaut, j’ai arrêté le sucre et je m’en sens tellement mieux !
    Bisous ma belle
     •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :