Archives d’Auteur: Sabine

Rock N Roll – Guillaume Canet

 » Guillaume Canet, 43 ans, a tout pour être heureux … Sur un tournage, une jeune actrice en vogue lui reproche de ne pas être très Rock. 
Pour changer son image, il est prêt à tout et il va aller loin, très loin, sous le regard médusé et impuissant de son tournage.  » 

 

Je le guettais depuis longtemps ce film : il était réservé depuis avril, je l’ai eu il y a un mois … et je viens juste de prendre le temps de le regarder. Et j’ai été, comment dire … déçue. Je ne l’ai pas du tout trouvé rock’n’roll, ce film. Contrairement à sa promo qui, elle, l’était.

Alors ce n’est pas que le film n’est pas bien, ce n’est pas ça, mais j’ai trouvé un énorme décalage entre ce que j’imaginais de ce film, la bande-annonce et la promo qui a été faite autour m’ayant laissé imaginer une toute autre histoire.

Et pour finir, je n’ai pas du tout aimé la chute.

Si j’ai un conseil à vous donner : pour apprécier ce film, ne l’envisagez pas à travers la promo qui en a été faite, sans quoi vous attendrez quelque chose qui ne viendra pas.

Publicités

Accro à la lecture ?

Il y a quelques temps, quand j’ai commencé à revenir ici, je suis tombée (sans me faire mal) sur cet article dans Elle.

 

Vous, accro à la lecture ? Meuh non. Vous pouvez arrêter n’importe quand. Vous dévorez juste un petit bouquin de temps en temps. Tout ça est très exagéré. Ah oui ? Voilà 25 signes qui prouvent le contraire. Disons qu’entre dix et quinze, vous frôlez l’addiction, laquelle peut vous surprendre à tout moment, restez vigilant (ou pas, en fait-. Entre 15 et 20, vous le saviez, la lecture et vous, c’est du sérieux. C’est limite si vous ne bouquinez pas le bottin ou les boîtes de céréales quand vous n’avez plus rien sous la main, et ce depuis un bon bout de temps. Au-delà de 20, faites-vous une raison, vous êtes un incurable bibliophile. Et c’est tant mieux. Vous voulez tester votre degré de dépendance ? Prenez un stylo et cochez. 

25 signes que vous êtes accro à la lecture

1. Dans votre bibliothèque, vous avez entamé un second rang sur chaque étagère.
–> J’ai fait mieux que ça, j’ai acheté un appartement un pied de la Bibliothèque municipale.

2. Et vous empilez aussi de nouveaux livres au-dessus de la tranche des premiers.
–> En quelque sorte, puisque je peux avoir une vingtaine voire trentaine de livres de la Bibliothèque chez moi.

3. Votre libraire vous appelle par votre prénom.
–> Mes Bibliothécaires ne me demandent pas mon nom pour me réserver un livre ou un jeu, alors même que je n’ai pas sorti ma carte.

4. Vous relisez souvent une dizaine de livres qui vous suivent depuis votre adolescence.
–> Oui, je relis certains livres plus ou moins régulièrement … parce que des fois, ça fait du bien.

5. C’est toujours vous qu’on appelle pour avoir des conseils de lecture.
–> Cela m’arrive, oui.

6. Dans une librairie, vous peinez à trouver des « non lus » dans les rayons.
–> C’est un peu ça dans les derniers livres achetés par la Bibliothèque … mais y’a encore de quoi faire !

7. Vos vacances de rêve ? Une pile de bons bouquins, des litres de thé et le portable éteint. Limite, vous êtes contente quand il pleut mais vous ne le dites pas, ça fait mauvais genre.
–> Bon bouquin, café, musique sur mon balcon : le pied !

8. Votre valise de vacances pèse une tonne. Normal, vous n’allez quand même pas partir deux semaines sans au moins 5 livres !
–> Euh … pour 6 jours de vacances, j’avais emmené … 4 livres !

9. Que vous corniez, marque-pagiez ou reteniez mentalement vos pages, vous ne changeriez de tactique de lecture pour rien au monde. Elle est sacrée.
–> Toujours un « marque-ta-page » … même si c’est une vieille enveloppe qui traînait là ! 😛

10. Vous cornez, et vous détestez les marque-pageurs.
–> Surtout pas !

11. Vous marque-pagez, vous haïssez les corneurs de pages qui abiment leur butin.
–> Ouh que oui !

12. Dans chacun des livres de votre bibliothèque se trouve un souvenir du moment où vous l’avez lu : ticket de caisse, post-it, numéro de téléphone griffonné sur les premières pages…
–> Non, on n’écrit pas sur un livre, et on les range « propres ».

13. Vous prêtez volontiers vos livres mais traquez avec attention vos créanciers.
–> Y’en a même certains que je suis incapable de prêter, trop sacrés.

14. Vous adorez book-débriefer. « Han mais tu trouves pas qu’Emma Bovary abuuuuse ? »
–> Je chronique.

15. Parfois, vous avez l’impression de vous être trompée d’époque.
–> Pas sûre …

16. « Quand je pense à tous les livres qu’il me reste à lire, j’ai la certitude d’être encore heureux. » Vous pourriez vous faire tatouer cette citation tant elle vous correspond.
–> J’ai surtout l’impression que je n’aurai jamais le temps de toute lire.

17.  Vous vous couchez super tard. Ca n’est pas votre faute, vous vous dites toujours « allez, juste un chapitre » et puis pouf.
–> Je dirais même : nuit blanche (ou presque).

18. Petit, vous aviez une lampe de poche pour bouquiner sous votre couette après l’extinction officielle des feux.
–> Oui ! Y’a qu’à demander à sa sœur. 🙂

19. Vous ne jetez jamais un livre.
–> Ouh que non !

20. Vous avez dans votre bibliothèque tous vos Club des cinq, La Sorcière de la rue Mouffetard et Charlie et la chocolaterie.
–> Presque (suis pas instit’ pour rien : je dévore aussi la LDJ).

21. Mieux, vous les relisez parfois.
–> Par la force des choses (pour le travail).

22. Vous avez longtemps refusé la tablette et, depuis que vous avez craqué, vous réservez même les livres avant leur sortie pour les avoir en prem’s.
–> J’ai un Reader, c’est mon côté Geek … mais j’aime trop l’objet livre.

23. Contrairement à plein de gens, vous adorez prendre le train/l’avion/le bus/le métro. Bha oui, tout le monde vous fiche la paix et vous pouvez y bouquiner tranquille. L’ennui, c’est que vous loupez souvent votre station …
–> Je préfère quand même ma voiture au train. Mais en bus de ville ou tramway, oui !

24. Vous savez lire en marchant. De toute façon, vous n’avez pas le choix, il faut bien finir ce chapitre avant d’arriver au boulot, nan ?
–> Oui … même que comme ça, j’ai déjà dit pardon à un poteau de lampadaire ! 😀

25. Vous avez eu cette expérience ultime : pleurer en lisant, comme au cinéma.
–> Pleuré, éclaté de rire : oui, je ressens toutes les émotions.

Alors, à votre avis, accro ? 


Sur le chemin du blog

Les vacances sont là.

Encore quelques demi-journées à passer dans ma classe pour qu’elle soit triée, rangée, prête à accueillir la rentrée. Une manière de tourner la page sur une année décevante, usante, épuisante. Certains moments qui font du bien m’ont manqué. J’ai eu tendance à sombrer.

 Je vais encore être à fond dans le boulot quelque temps : plein de nouvelles envies, pleins d’idées de changements, de progressions … et pleins de projets. Tant si eux ne s’y intéressent pas, moi, j’ai envie de m’éclater dans mon boulot … et que ceux qui ont envie puissent aussi vivre une bonne année.

Et puis je vais enfin prendre le temps de retourner chez vous, de taper les articles en souffrance qui attendent au brouillon. Je retrouve peu à peu mon rythme, à la recherche de mon équilibre.


Le mur du silence

 

Je crois que c’est la première fois que je reste aussi longtemps sans écrire.
Je crois aussi que c’est la première fois que je descends aussi bas, de manière aussi fracassante.

 » En vacances de vie, en vacances d’envie. »

Remonter doucement. Chaotiquement.

Mode survival. Mode comme-on-peut. Mode on-fonctionne.
Carrefour de l’angoisse, du désespoir, du burn-out émotionnel.

Solitude face aux sentiments, aux ressentis.
Sauver les apparences et garder les démons qui hantent les pensées pour les nuits sans sommeil.
Âme à la fois pleine et vide.

Encaisser sans éprouver.
Avancer.

Et un jour tout balancer ?


Sous le charme

Trouville la Charmante – Deauville la Chic.

Eh bien je suis tombée sous le charme de la Charmante. Depuis que je suis rentrée, j’ai toujours une partie de ma tête là-bas. J’aime l’énergie paisible qui se dégage de cette petite ville, son relief accueillant, les vues sur mer imprenables même sur les hauteurs.
La mer que l’on voit de partout, la Touques, les quais, son centre-ville animé.

Je n’ai qu’elle en tête depuis que je suis rentrée. A en tirer des plans sur la comète … de manière réaliste … et très poussée.

La mer me calme et apaise mes angoisses. 

J’aime aussi l’idée d’être proche de tous les coins que j’aime bien ou que je rêve de voir (ou revoir) : le Nord, la Bretagne, Nantes, toute la côte atlantique jusqu’à l’estuaire de la Gironde ; même Paris (ville que pourtant je honnis au plus haut point pour différentes raisons). Je ne renie pas ma ville : j’aime son caractère historique ; son seul défaut, c’est d’être loin de la mer.

 


Petit déjeuner chez Tiffany – Trumane Capote

 » J’avais été au cinéma, j’étais rentré et je m’étais mis au lit avec un grog au rhum et le dernier Simenon. C’était tellement mon idée d’une soirée confortable que je ne parvenais pas à comprendre le sentiment de malaise qui s’amplifia en moi au point que je pouvais entendre les battements de mon cœur … Le sentiment que l’on m’épiait. Que quelqu’un était dans ma chambre. Puis il y eut une succession de coups secs sur la vitre, une apparition d’un gros spectral. Je renversai le grog. Il me fallut un certain tems avant que je me décide à ouvrir la fenêtre et à demander à Miss Goligthly ce qu’elle voulait. « 

Qui a dit que les films de comédie romantique de M6 n’avait aucun intérêt ? C’est par le biais de l’un d’eux que j’en suis arrivée à lire Petit déjeuner chez Tiffany. J’avais cru comprendre qu’il s’agit d’un classique de la culture américaine. C’est donc plus une volonté de découverte culturelle que l’attrait de l’histoire qui m’a poussée à le lire.
Et sans ça, je pense que je n’aurais pas poussé ma lecture jusqu’au bout. Cette histoire est décousue, parcourant un univers qui a sûrement existé, je n’en doute pas, mais totalement farfelu pour moi. L’écriture est désuète.
Je n’ai pas compris l’intérêt du début de l’histoire, si ce n’est pour amorcer le récit passé. Mais, quel intérêt par rapport à la fin. On n’y revient pas après tout le déroulé du flash-back. Ce roman n’est que ça en fait, un récit de souvenirs. Mais pourquoi placer les personnages dans une situation présente, raviver les souvenirs et ne pas donner de réponse au présent ? Du coup, ça m’a donné une espèce d’impression de fin en queue de poisson.

Je n’ai pas eu envie de lire les trois nouvelles qui suivent Petit déjeuner chez Tiffany. Trop de mal avec le style. Mais contente d’avoir lu une œuvre du patrimoine littéraire américain.


Souvenir de vacances

J’avais toujours rêvé de les voir, c’est fait !

Dur retour à la réalité.

Quitter un élément dont je me sens si proche, qui m’apaise instantanément. 

ChériBibi m’attendait … une chance car je crois que sinon, je ne serais pas rentrée.