Archives de Catégorie: Café house

Smartphone Addict

A l’époque où je n’avais qu’un simple téléphone portable, je ne voyais pas l’intérêt d’avoir un smartphone. Et puis, mon intérêt pour les nouvelles technologies et mon côté geek ont pris le dessus.

J’ai d’abord flashé que le Xperia X10 Sony Ericsson. Et puis, ça a été le tour du Xperia Z de Sony. Et j’en suis devenue totalement dépendante.

Contrairement aux premiers téléphones portables qui ne servaient qu’à appeler et envoyer des SMS, le smartphone est un condensé de tout ce dont j’ai besoin et qui tient dans la poche. Car oui, ma poche arrière, c’est l’endroit où il est le plus souvent. Autant je suis capable de ne pas l’emmener partout (genre : la Bibliothèque, la piscine …), autant je suis incapable de m’en passer. Sacré paradoxe, antinomie totale du propos, mais c’est tout moi (ça doit aller avec mon signe astrologique).
Il est ma bouée de sauvetage, mon ancrage au monde … tout en étant mon évasion. Je dors avec, m’endors avec. Musique, films, Internet-streaming, télé … tout tient dans ce petit concentré de technologie.


Si je ne l’ai pas, c’est l’angoisse. Besoin permanent d’avoir mon monde sous la main, besoin vital de musique à tout moment. Lien avec ces personnes qui comprennent au travers de simples paroles, de simples mots.

Protection face au monde extérieur, à la stupidité, à l’égoïsme.

Protection face à mes propres pensées.

Publicités

VACANCES

 

J’ai tout rangé, planqué, remballé. J’ai viré les liens Internet directs.

Ce mois de juillet a été très chargé, j’ai couru après le temps tout le temps.

Mais à partir de maintenant, je prends le temps. Vivre au jour le jour.

Faire les choses quand j’ai envie … Et ne rien faire si je n’ai envie de rien faire !

VACANCES


Run away … in nature

Ou quand la ritournelle devient réelle.

Les faux airs printaniers du Soleil le week-end dernier m’ont poussée au grand air. Sac à dos, chaussures de marche : j’ai passé deux après-midi à marcher dans la nature qui côtoie ma ville de banlieue.
Alors que la première journée m’a fait un bien fou, la deuxième, bien que tout aussi agréable, a eu un goût de manque.

 » je marche seul
quand ma vie déraisonne
quand l’envie m’abandonne
je marche seul
pour me noyer d’ailleurs « 

Besoin d’aller plus loin, de me dépasser, au-delà de mes limites ; sortir de ma zone de confort.
J’ai décidé de me (re)mettre à courir. Et de me lancer un défi complètement fou ; j’ai 3 mois pour me préparer (et être prête !).

running-sport

Le programme sportif est lancé.
Equipement refait au complet.
Running, double dose de natation,
exercices de renforcement.

C’est parti !

A défaut de ne pas pouvoir avoir certaines choses,
j’en aurai d’autres.


Game over

On reste dans l’univers du jeu vidéo.

Normal, c’est la même partie qu’on joue.

Comme tout speed run, la partie a duré un temps limité. Pas de bol, les heures supp’ n’ont pas duré très longtemps. Le rythme s’est ralenti de lui-même. Pas drôle.

game-over

Et puis il a freiné brutalement, la faute à pas de chance. La machine s’est enrayée sur un coup de froid ; le dos n’a pas aimé. Coup de frein brutal pas du tout appréciable.

Si les choses ne vont pas à 200 à l’heure, ça ne va pas. J’ai besoin que ça tourne, j’ai besoin que ça speede. Pas de temps mort, pas de répit. Et puis le jour où j’en veux je ne m’en fais pas, je sais le prendre.

J’ai intérêt à me blinder un programme pour les vacances.


Protégé : L’homme aux mains magiques

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Speed run mode

harry-potter-hermione-granger-retourneur-de-temps

Dans le monde des gamers, un speed run est un record de vitesse qu’on réalise pour terminer un jeu le plus rapidement possible.

C’est aussi avec cette frénésie que je vis en ce moment : j’accumule les objectifs à réaliser, bien sûr toujours plus vite, le travail à abattre, je ne laisse aucun espace libre. Nécessité oblige.

J’enchaîne les nuits sans sommeil, les insomnies. Mes journées à l’école flirtent avec les 12 heures, mes nuits ont du mal à caresser les 6. C’est comme ça qu’à certains moments, avec une personne qui a réussi à aligner encore plus d’heures de présence que moi à l’école, on a l’impression de ne pas s’être quittées. C’est un sentiment qu’on a à certaines périodes de speed toutes les deux. On en rit, on trouve ça drôle, ça nous amuse ; mais je crois que ça épuise les autres, on passe pour des folles de boulot. C’est sûrement ce qu’on ait.

En tout cas, ce qui est sûr, c’est que je me suis découverte une âme de « performer ». En fait, je l’ai toujours eue, mais avant elle était inconsciente, maintenant elle est volontaire, parfois poussée à l’extrême.
« Toujours plus loin, plus fort, plus vite (jusqu’au bout de l’extrême limite) ».


Protégé : Speed run mode (personnel)

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :